Aller au contenu
Accueil » Blog » Pourquoi y’a-t-il une fissure au plafond ? Comment savoir si c’est grave et comment la retoucher ?

Pourquoi y’a-t-il une fissure au plafond ? Comment savoir si c’est grave et comment la retoucher ?

Au fil du temps, les maisons connaissent des modifications, non pas de décorations seulement, mais surtout au niveau des murs, des plafonds, etc. Il s’avère que les murs, surtout ceux constitués de plâtre, ont souvent tendance à se fissurer. Ces fissures peuvent être causées de différentes manières, cela peut être anodin, comme l’humidité, ou plus grave, comme un glissement de terrain. Cependant, il est très important de garder un œil sur l’état de vos murs et plafonds, et de chercher à comprendre d’où ça vient, quelles conséquences cela peut avoir et quelles sont les solutions possibles ?

Quelles sont les potentielles causes d’une fissure au plafond ?

Il est en effet, important de savoir d’où ces fissures au plafond proviennent, pour pouvoir les prévenir, et trouver des solutions adéquates. Il existe de nombreuses raisons éventuelles, dont :

  • Les tempêtes de vent ;
  • Les inondations et les excès d’humidité ;
  • Les chocs ou les vibrations ;
  • Un glissement de terrain.

Les intempéries peuvent parfois provoquer des fissures au plafond, quand c’est violent, tout comme l’excès d’humidité qui implique l’infiltration d’eau de façon profonde dans la toiture, menant ainsi à sa fissuration. Les chocs tels que les tremblements de terre, ont forcément un impact sur l’état du plafond. Sur une échelle moins catastrophique, les différentes vibrations (même de l’électro-ménager) peuvent susciter des fissures. Forcément, la rétraction du sol peut, elle aussi, affaiblir la structure des maisons.

Comment savoir si la fissure au plafond est grave ou pas ?

En effet, les fissures au plafond peuvent être anodines, comme très graves. Il est donc important de savoir différencier les différents types de fissures existants. Il en existe essentiellement 3 sortes :

  • Les microfissures ;
  • Les fissures légères ;
  • Les fissures profondes.

Les microfissures sont de toutes petites fissures superficielles, sans grand danger. Les fissures légères, quant à elles, sont un peu plus inquiétantes. Celles-ci mesurent un peu moins de 2 millimètres. Même si elles paraissent fines et bénignes, elles peuvent être révélatrices de problèmes plus profonds, au niveau de la structure de la maison, elles sont donc à surveiller. Les fissures profondes faisant plus de 2 millimètres, sont souvent signe d’un désordre structurel important et très dangereux. Il est toujours important de bien observer, et de garder un œil sur les fissures apparaissant sur vos plafonds. Il est important de ne pas négliger ça, pour pouvoir régler le problème, avant que ça devienne irrécupérable. Par ailleurs, il est possible de combler, ou retoucher la dite fissure, si l’on voit qu’elle ne s’étend pas. Dans le cas contraire, il faudra s’inquiéter, et surtout éviter de toucher à quoi que ce soit par soi-même, les conséquences peuvent être lourdes, et ça n’en vaut clairement pas le coup de s’y aventurer.

Comment retoucher ou réparer une fissure au plafond ?

Tout d’abord, il est important de rappeler qu’il faut bien inspecter la fissure présente, avant de se lancer dans sa retouche. Il se peut qu’une fissure légère, soit en vérité un signe de problème de structure, il est préférable donc de contacter des experts pour éviter les mauvaises surprises. Par ailleurs, en ce qui concerne la réparation en elle-même, il y a des étapes à suivre. Premièrement, il est important de commencer par la préparation de la zone touchée. La préparation se fait par le grattage de peinture (décapage), pour dégager la partie fissurée. Ensuite, il faudra agrandir la fissure, la nettoyer avec une brosse puis la dépoussiérer. Une fois que ces choses faites, l’humidification de la zone en question, devra se faire à l’aide d’une éponge. Ensuite, il faudra reboucher la fissure avec de l’enduit de bonne qualité, mettre en place une bande de calicot (directement sur la couche d’enduit appliquée juste avant), en tapotant doucement. Par la suite, on pourra passer à la seconde couche d’enduit, en maintenant le calicot avec une spatule d’une part, et en étirant l’enduit à l’aide d’un couteau à enduire d’une autre (il est conseillé de garder le couteau à enduire à degrés pour un résultant optimal.). Il ne reste plus qu’à lisser le tout et laisser sécher. Une fois la surface travaillée sèche, la peinture pourra être appliquée à l’aide d’un rouleau de peinture ou d’une brosse, tout dépend de la surface à peindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.